Nos bénéficiaires

Nos chiens sont destinés à des enfants et adultes en situation de maladie, de handicap ou de fragilité psychique. Nous formons des chiens d’assistance et les allouons sans contrepartie à des personnes dont nous avons déterminé, avec notre conseil consultatif et notre comité de sélection*, qu’elles allaient pouvoir en retirer un bénéfice réel et une amélioration de leur quotidien.

Nous formons également des chiens d’assistance pour d’autres problématiques telles que la surdité, le handicap physique, la fragilité émotionnelle ou les troubles de stress post-traumatique.

Sachant que nos chiens sont formés selon les besoins précis et particuliers de leur futur bénéficiaire, nous nous efforçons de répondre aux demandes les plus variées en individualisant nos programmes.

 

* Le Comité de sélection ad hoc est constitué de membres des différents conseils de la Fondation, soit :
● le médecin conseil
● un médecin spécialiste
● un formateur canin
● un membre de la direction de la Fondation

Nos chiens sont principalement destinés à des personnes diabétiques, souffrant d’épilepsie, de narcolepsie, ou avec troubles du spectre autistique (TSA).

Epilepsie

L’épilepsie touche quelque 80 000 personnes en Suisse, dont 15 000 enfants. Au total, un pour cent environ de la population vit avec une épilepsie. Selon Epi Suisse, 30% des personnes atteintes d’épilepsie ne parviennent pas à contrôler leurs crises par des médicaments. Au lieu de cela, elles vivent dans la crainte d’une crise imminente. Cette peur affecte leur qualité de vie, limitant leur indépendance et parfois leur capacité à mener une vie active.

Nos chiens sont entraînés à anticiper une crise d’épilepsie quelques minutes avant sa survenance. Ils vont signaler, en général par un coup de museau (“poke”), l’imminence d’une crise. Ainsi, le bénéficiaire peut se mettre en sécurité, prendre, le cas échéant, un traitement de secours et, si nécessaire, demander de l’aide. On parle dans ce cas d’un chien d’alerte.

Pendant la crise, le chien réconforte le bénéficiaire en gardant avec lui un contact physique. Il peut aussi aider la personne à se mettre en sécurité si elle est en danger, sur une route par exemple. Il peut également demander de l’aide en appuyant sur un bouton d’alerte installé au domicile ou en attirant l’attention d’une personne se trouvant à proximité. On parle dans ce cas d’un chien de réponse.

La détection des crises par les chiens d’alerte n’est pas systématique et des études sont en cours sur le sujet. En revanche, le chien va toujours pouvoir intervenir durant la crise.
Nos chiens sont formés pour ces deux aspects, avec les réserves nécessaires concernant l’alerte avant une crise.
Bien entendu, le chien ne remplace pas un traitement médical, mais il va apporter à son bénéficiaire plus de confiance, de sécurité, le rassurer, voire diminuer la fréquence des crises par une réduction du stress.

Troubles du spectre de l'autisme (TSA)

Les troubles du spectre autistique (TSA) font partie de l’ensemble des troubles neurodéveloppementaux. Ils se manifestent différemment d’un individu à l’autre, chacun présentant des caractéristiques qui lui sont propres.

Les enfants et adultes avec TSA présentent souvent des difficultés dans la communication et les interactions sociales. Il leur est difficile d’exprimer leurs sentiments d’une manière qui soit comprise de tous. De même, ils peuvent avoir du mal à comprendre les gens qui les entourent. Ces situations d’incompréhension peuvent générer des crises d’anxiété profonde, d’agressivité, de pleurs ou de repli.

Le chien d’assistance formé pour des personnes avec TSA est entraîné à effectuer des tâches telles que faire stopper certaines stéréotypies ou TOC, en particulier les comportements socialement inadéquats ou dangereux pour la personne elle-même ou autrui. Il va aussi aider son bénéficiaire à sortir de situations de crise ou de détresse en venant le solliciter ou en se couchant sur lui afin d’exercer une pression sur les jambes ou sur le torse (pressothérapie), ce qui aura pour effet de faire baisser la charge d’anxiété et de diminuer le rythme cardiaque de celui-ci. Le chien apporte réconfort et apaisement, réduisant le stress et améliorant la qualité de sommeil de son bénéficiaire.

Le bénéfice du chien d’assistance va bien au-delà des tâches apprises. Il favorise une vie sociale plus inclusive, invite à la communication et donc à davantage d’interactions. Il peut favoriser les changements positifs de comportement et apporte du réconfort, réduisant le stress et améliorant la qualité de sommeil de son binôme. Le chien permet également plus d’autonomie et une meilleure sécurité et favorise une vie sociale plus inclusive, invite à la communication et donc à davantage d’interactions.

Il existe plusieurs formes d’autisme et chaque personne, enfant ou adulte, va développer des caractéristiques différentes. C’est pourquoi les programmes de formation de nos chiens sont adaptés aux besoins individuels du bénéficiaire auquel ils vont être destinés.

Diabète

En Suisse, environ 500’000 personnes sont atteintes de diabète (425 millions dans le monde). Parmi elles, environ 40’000 souffrent d’un diabète de type I. Cette forme grave de diabète nécessite des contrôles glycémiques fréquents de jour comme de nuit et c’est à ces patients que s’adressent nos chiens d’assistance.
Un chien spécifiquement formé peut, grâce à son odorat, signaler une hypoglycémie, voire une hyperglycémie, qui pourrait potentiellement mettre la vie du malade en danger. Il va faire un signalement en adoptant un comportement particulier (coup de museau, ou “poke” ou autre comportement caractéristique), permettant à son bénéficiaire ou à son entourage de prendre les dispositions adéquates pour éviter la crise, ou pour en limiter les conséquences.
Le chien pourra également prévenir les proches ou actionner un système d’appel d’urgence, ou encore apporter la trousse de secours.
Nos chiens s’adressent en particulier à des personnes insulino-dépendantes, en leur apportant une sécurité supplémentaire et une meilleure qualité de vie. Le chien d’assistance ne remplace pas un monitoring régulier.

Narcolepsie

La narcolepsie et l’hypersomnie idiopathique (HSI) sont des maladies rares du sommeil regroupées sous le terme d’hypersomnies centrales. Souvent diagnostiquées tardivement et incomprises de l’entourage des personnes qui en souffrent, elles peuvent être très invalidantes et avoir un impact négatif important sur la vie quotidienne. Difficultés scolaire, professionnelles, relationnelles et isolement social en font partie. Certaines formes présentent également un risque élevé d’accident.

La narcolepsie est une pathologie du sommeil rare qui touche environ 3 personnes sur 10’000 et peut se manifester dès l’enfance. Elle se caractérise par une somnolence diurne sévère et une envie irrépressible de dormir qui peut survenir à tout moment de la journée, quelle que soit la situation (dans la rue, en voiture, dans le bain, les transports en commun, au restaurant…)

Cette maladie peut s’accompagner ou non de cataplexie, un relâchement brutal de certains muscles, voire d’une perte de tonus musculaire en général, pouvant entraîner une chute de la personne.

L’hypersomnie idiopathique (HSI) est aussi une maladie rare, caractérisée par une somnolence diurne malgré des nuits très longues et de bonne qualité. Le réveil matinal des personnes souffrant de HSI est difficile et laborieux, allant jusqu’à la nécessité de l’intervention d’un tiers pour les aider à sortir de leur sommeil. Cette pathologie apparaît en général chez des adolescents ou de jeunes adultes.

Ces symptômes sont accompagnés d’une somnolence importante à tout moment de la journée et nécessitent de longues siestes après lesquelles le patient ne se sentira pas reposé.

Le chien d’assistance destiné à des personnes souffrant de telles pathologies est formé selon les besoins individuels de son bénéficiaire. Toujours vigilant, il est en mesure de prévenir son binôme d’un endormissement soudain ou les accès de cataplexie. Ainsi, le patient pourra se mettre en sécurité, à l’abri d’un accident ou d’une chute.

Nos chiens sont également entraînés pour réveiller une personne présentant une hypersomnie idiopathique. D’entente avec le patient bénéficiaire, nous identifions les attitudes du chien qui vont avoir le meilleur impact (aboiements, léchage, sauts, bousculades ou autres, voire une combinaison de plusieurs options). Une des qualités indispensables du chien dans ces circonstances va être sa persévérance. Il ne va s’arrêter que lorsque son binôme est effectivement parfaitement réveillé et en sécurité.

Chaque individu va réagir différemment aux sollicitations du chien, d’où l’importance d’une collaboration étroite avec le futur bénéficiaire afin d’entraîner le chien de la manière la plus individualisée et efficace possible.

Ces chiens spécifiquement formés redonnent à leurs bénéficiaires une certaine autonomie, une plus sécurité, davantage de liberté et une vie sociale plus épanouie.

Nos aînés

Nos chiens en formation rendent régulièrement visite à des personnes âgées ou atteintes dans leur santé soit à leur domicile, soit en institution. Ces chiens visiteurs, équilibrés et appréciant la compagnie, sont toujours très attendus par leurs hôtes, pour lesquels ces visitent représentent un moment de tendresse, d’échange, une ouverture vers l’extérieur.

Nous organisons également des animations et démonstrations en extérieur avec nos chiens dans différentes institutions, activités participatives durant lesquelles les résidents peuvent interagir avec nos compagnons pour leur plus grande joie.

La Fondation Arthanis propose également une formation de chien visiteur à des propriétaires de chiens souhaitant s’investir bénévolement dans ce programme.

10 + 2 =

© 2022 Fondation Arthanis - Tous droits réservés.